La neige de printemps et la recette de l’igloo

Que ce soit clair, les sorties raquettes en fin de saison, ça démarre dès le matin. En effet, la neige de printemps saturée en eau est agréable le matin, quand elle a durci à la faveur de la gelée nocturne (même moindre). Autrement dit, la neige nous porte et c’est autrement plus facile que la neige ramollie de l’après midi. En revanche, cette même neige devient un matériau de construction idéal dès la fin de matinée. Il est vrai que cette saison d’hiver qui s’achève a été marquée par une belle collection d’igloos réalisée par de nombreux groupes d’enfants et  familles, avec des enfants de tous âges, notamment des pitchouns à partir de 4 ans.

Il s’agit d’abord de monter  jusqu’à un beau point de vue  tout en s’initiant à quelques rudiments incontournables du milieu montagnard, de choisir l’endroit idéal pour notre réalisation, de  préparer notre chantier collectif, de sortir les pelles et au boulot! L’aventure a commencé, chacun trouve son rôle entre la découpe des blocs, le transport des pièces, la pose, la mise à niveau, les joints de l’intérieur et de l’extérieur, le lissage… Important; terminer ce qu’on a commencé. Donc,  pas de relâche! L’igloo prend sa forme et c’est enfin l’instant magique de la  pose des derniers blocs.

Maintenant, c’est le goûter bien mérité, tout en visitant et visitant notre chef d’oeuvre, tout en le photographiant sous tous les angles. Voici ensuite venus l’heure des adieux à  notre création solide mais éphémère. C’est aussi le moment de la descente,  un jeu d’enfants entre toboggans, courses de vitesses et chutes plus ou moins volontaires… Ce soir, pour parents ou professeurs, le calme devrait régner dans les chaumières.

Laisser un commentaire