Le printemps en scène

 Youupii-i, le temps des réjouissances est revenu :  les fêtes de ceci par là , festivals de cela par ci, vide-greniers et autres déballages en tous genres, apéros qui se terminent en restez-manger-avec-nous, les levers de bonne heure et de bonne humeur, les pique nique à tout va, le soleil dans toute sa générosité, la quille prochaine pour les écoliers, les projets de vacances qui se précisent (si vous voulez, pour ceux qui n’ont pas encore finalisé leurs projets, on en reparle ), les torrents débordants d’énergie… les refuges qui ré-ouvrent leurs volets et les siestes qui se font sans prévenir après le casse-croûte en montagne…

Oui, l’hiver est déjà loin, les raquettes sont sagement rangées dans la cave, en plein estivation pour plusieurs mois. La disparition de la neige s’accélère de façon exponentielle chaque jour laissant place immédiatement aux gentianes printanières, aux soldanelles, renoncules des Pyrénées, primevères farineuses ou autres divinités , tandis que la pelouse garde encore sa pâleur hivernale . Mais, presqu’ aussi prompte que ces premières fleurs , l’herbe reverdit aussitôt . Car dans les hauteurs , la nature s’empresse. La durée de la bonne saison se réduisant au fur et à mesure de l’altitude, il faut tout mettre en oeuvre sans relâche: Passer de la formation des bourgeons aux fleurs, à leur fécondation, aux fruits, aux graines et à leur dispersion…..

Fort heureusement , les insectes mettent la main à la pâte à ce déroulement de vie courte mais intense,auquel ils sont eux mêmes destinés. Ils s’aventurent dans des terrains peu fréquentés et parfois rudes pour visiter des corolles aux couleurs éblouissantes, tout en s’énivrant du nect plus ultra. La pluie assure régulièrement sa fonction. Vous savez ce célèbre et précieux orage de 16h dont je vous parle souvent ? Celui d’avant-hier était d’ailleurs pile à l’heure. Le ciel vire soudain au bleu acier, vocifère bientôt ses quatre vérités tout en joignant le geste à la parole : Quelle pluie soudaine! Du coup, ce matin, c’est encore plus vert qu’hier, encore plus prometteur pour les isards et autres herbivores, plus euphorique pour les papillons, plus succulent pour le regard. Et … (vous connaissez maintenant mes passerelles) encore plus fabuleux pour le montagnard! Il se retrouve alors entraîné dans ce tourbillon effervescent , qu’il soit randonneur en herbe (printemps oblige), en eau (quand il transpire) ou de … roc (totalement confondu avec le milieu minéral, à force d’expérience).

Mais comment faire pour ne rien rater de toute cette révolution printanière ? Tout simplement, ne pala fée bleue du Lourons dire” j’irai bien me balader en montagne” mais “je pars me balader en montagne.” Nuance énorme car le pas le plus grand est déjà fait, les questions ne se posent plus. Il n’a plus qu’à mettre un pied devant l’autre tout en levant le nez pour poser son regard ailleurs que sur ses chaussures. Au début, certains peuvent trouver l’exercice délicat mais cela ne dure pas. C’est alors là que tout commence vraiment. Car la randonnée en montagne n’est pas un simple exercice physique, c’est une grande représentation où tous les détails de la scène ne sont pas perceptibles en même temps. Et quand on aime les grands spectacles féériques, on y revient toujours, oubliant d’ailleurs les éventuelles difficultés physiques que l’on a pu ressentir les fois précédentes. La soif de découverte est au dessus de tout . Regardez justement le papillon qui transparaît sous ces lignes: Discernez vous la belle fée qu’il dissimule, vous l’avez? C’est bien , c’est que vous ne regardez plus vos pieds!

Sachez le donc, le printemps en montagne est formidable et certains d’entre vous en ont encore fait l’expérience très récemment grâce à tous les récents ponts du mois de mai aux noms si prédestinés pour des escapades en montagne (Ascension, Pente-côte). Chaque année, je fais l’apologie de cette saison merveilleuse (peux pas m’empêcher…). Chaque printemps , ce sont de véritables joies qui ne font que commencer, qui dureront pendant plusieurs semaines et que je ne me lasse pas de vous faire partager. Justement, le programme des randos des mois à venir est bien rempli. Le fabuleux voyage ne fait que commencer, Youpi!

Profitez bien de cette belle saison et …

A bientôt!

Caroline

 

Laisser un commentaire