Robert Burns

ECHOS D’ÉCOSSE N° 17: ROBERT BURNS

C’est avec un peu de retard ( 8 jours exactement) que ce blog célèbre l’anniversaire de Robert Burns. Vous ne connaissez peut être pas Robert Burns? Alors, c’est sûr, vous n’êtes pas écossais! Car cette célébration est presque une fête nationale.

Mais qui est donc Robert Burns? Il est le poète écossais certainement le plus célèbre né il y 259 ans . Son  oeuvre très étoffée  passe du romantisme pur à l’humour, du poème au conte  en passant par la chanson. Issu d’un milieu très modeste, il revendiqua toute sa vie son désir d’égalité sociale.

Vous reconnaîtrez sans doute l’air de l’une de ces célèbres chansons, Auld Lang Syne :

Nous avons eu le privilège d’être invité à la célébration du Robert Burns’ birthday au sein d’un club de montagnards, et cette fois tout le monde était bien présent, même ceux qui ne marchent plus beaucoup en montagne. Toutes les étapes du protocole on été parfaitement  respectées,  adaptées bien sûr avec quelques fantaisies.

Une évocation de la grandeur du poète puis également des proches disparus ouvre la cérémonie.  Une  courte prière écrite par Robert Burns est récitée par les convives:  Certains ont de la viande mais ne peuvent pas manger – Certains voudraient manger mais ne le peuvent pas – Mais nous avons de la viande et nous pouvons manger – Loué soit le Seigneur ».

Une fois l’entrée servie, le plat principal est pompeusement introduit dans la salle à manger au son de la cornemuse. Vous l’avez peut être deviné, c’est le fameux haggis ou panse de brebis farcie. La bonne humeur monte. Norrie, un de nos gentils organisateurs de toujours ( piolet en main pour remplacer l’épée destinée à ouvrir la panse) récite:  « Avec ta bonne et belle bouille rebondie, de l’armée des puddings tu es le chef suprême ! Et tu prends dignement ton siège légitime, au-dessus des boyaux, des tripes, des andouilles, méritant bien un bénédicité, aussi long que mon bras ».  C’est le moment de trinquer. Les assiettes sont remplies, le haggis est accompagné de ses traditionnelles purées de navet orange et de pomme de terre,  les verres de whisky commencent leur farandole sans fin … . Il est d’ailleurs  recommandé de verser quelques gouttes de ce précieux breuvage sur le haggis. Tout au cours du repas et jusqu’à très loooongtemps après, les chants , les poèmes de Robert Burns (parfois très réadaptés) et les blagues des uns et des autres s’enchaînent. Guitare, mandoline et percussions nous emmènent dans une ambiance écossaise à 100%.

Soyez indulgents svp, je n’ai pas tout compris, surtout les poèmes ! Ma retransmission de l’événement comporte évidemment des manques. On ne décode pas l’Ecosse comme ça! Ce qui est sûr, c’est que la gaieté n’a pas manqué. Merci à vous , membres du 45° Moutaineering Club pour cette belle fête!

4 réflexions au sujet de « Robert Burns »

  1. L’ambiance ressemble assez à celle des fêtes des villages louronnais…..
    Je me demande si ce n’est pas une chance d’être végétarienne devant
    ce plat…..

    • On va vers les problèmes diplomatiques avec tes propos, ce serait dommage de briser une amitié franco-écossaise qui date de neuf siècles ! Tu devrais savoir qu’il ne faut pas se fier aux apparences… Tout le monde s’est régalé, même les français! Les deux végétariens présents ont eu leur haggis végétarien (pas mauvais!). On n’exclut personne ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *