ECHOS D’ÉCOSSE : LES BANCS ÉCOSSAIS

ECHOS D’ÉCOSSE n°7 : LES BANCS ÉCOSSAIS

Les promeneurs en Ecosse  semblent excessivement contemplatifs. C’est tout au moins ce que l’on peut déduire du grand nombre de bancs installés par-ci par-là le long des sentiers, le long des cours d’eau, sur les côtes, sur les points de vue. Les sommets sont sans doute les rares endroits où on ne  trouve pas de bancs. Mais on y trouve des cairns et de bons rochers pour s’asseoir.

Les bancs écossais sont en bois ou bien  en pierre. Ils sont flambants neufs , patinés par quelques années d’usure et d’intempéries et  ou même parfois très anciens (vous pouvez en voir un de 120 ans sur les photos ci dessous). Ils sont inoccupés ou parfois insuffisants pour le groupe de passage. Ils affichent souvent le nom de leur donateur ou de la personne à qui ils sont dédicacés, qui peut être un poète, un duc ou un défunt local inconnu pour le commun des marcheurs. Ils sont parfois découverts dans des endroits insolites, où les passages humains semblent rares ou devenus rares. A se demander même quelquefois comment il est arrivé là.

Les bancs écossais sont une invitation à faire ici une pause, à admirer le paysage, à écouter les oiseaux, à surprendre un écureuil, à laisser ses idées vagabonder avec  le cours de l’eau ou le mouvement des nuages, à cultiver ses rêves, à profiter des lieux et de l’instant tout simplement. Les bancs d’Ecosse nous parlent aussi de ceux qui se sont assis là avant nous (parfois très longtemps avant nous), de ce qu’ils ont pu penser et ressentir à ce même endroit, du paysage qu’ils ont admiré et qui depuis, a peut être bien changé.

Les bancs écossais sont aussi une proposition de convivialité. Asseyez vous, partagez le moment présent avec votre compagnon de randonnée ou avec le parfait inconnu assis là avant vous. Rien ne sera plus facile que d’engager la conversation, même si vous pensiez au départ que votre niveau d’anglais ne vous le permettrait pas. La nature alentour sera un excellent sujet d’entrée en matière, la suite de la conversation s’enchaînera d’elle-même. Les bancs d’Ecosse sont donc aussi un excellent moyen de pratiquer l’anglais et de faire des rencontres formidables!

Mountain leaders …

What are they doing? These mountain leaders are  learning english.

Ça ne se voit pas comme ça sur les  photos : On est tous des accompagnateurs en montagne, on parle tous anglais, du moins on essaie tous, quelque soit notre niveau initial et cela,  sous l’oreille attentive de notre professeur d’origine britannique (également mountain leader ) . On apprend du vocabulaire technique, des noms de plantes en anglais, des noms de mammifères et de drôles de noms d’oiseaux. Nous sommes  régulièrement mis en situation professionnelle et voici qu’un accompagnateur en montagne accompagne d’autres accompagnateurs en montagne, leur donnant des recommandations de sécurité, leur décrivant l’itinéraire que nous allons prendre,  leur expliquant la nature, leur  commentant le paysage et divers sommets alentour. Les noms propres, ça ne se traduit pas : Ouf,un peu de repos dans la phrase!

Semaine très instructive, très bénéfique et très sympa. Comme quoi une fois de plus, la montagne se conjugue avec une infinité de choses , et c’est toujours fantastique! En français, en espagnol ou en anglais.

Thank you to our very patient  teacher Julian and to my nice mountain leaders colleagues, it was a great and funny week! We’ll  come back next year.

Rimes d’été

L’été est bien avancé,
c’est déjà l’heure du bilan
De tous ces bons moments
Du bonheur va nous rester.

Ceux du Pic de Céciré
Atteint par la voie des Isards
Où nous primes notre café
Dans un tapis d’épinards.

Ceux de superbes rencontres
Avec de sympathiques  bergers
Pour qui le tic tac de la montre
N’est d’aucune réalité.

Ceux du Pic de Bataillence
Sur des sentiers frontaliers
Autrefois plein d’importance
Pour espagnols et français.

Ceux de belles mers de nuages
Dont nous émergèrent en beauté
Ou était-ce  des mirages
Ces spectacles au sommet?
Ceux du Pic de Montarrouyes
Gravi avec tant de gaité
Ou du Pic de Sarrouyes
A vous s’offrent les Pyrénées.

Ceux  partagés à Miarès
Avec de jeunes africains
Pour qui ces belles prouesses
Viennent rompre le quotidien.

Et j’en dirais, et j’en dirais
De toutes ces belles aventures
On en vivra, vous en vivrez
Encore de belles dans le futur…

 

 

Un clin d’œil sur le séjour de Pentecôte 2016

Randocarline vous prépare un succulent petit circuit dans la sierra de Montsec, entre Aragon et Catalogne pour la mi-juin. C’est le pays de formations calcaires insolites , d’ermitages perchés dans les endroits les plus improbables et de paysages méditerranéens nous offrant  l’apogée de leurs couleurs en cette période printanière.  Plus de détails à venir dans la rubrique ds séjours et RDV à la mi-mai 2016….

Pentecôte 2016

Le point sur la neige de Noël

Ce n’est pas un scoop, notre capital neige (qui n’était déjà pas très conséquent) est parti cette semaine avec la pluie. Sniff, mais soyons objectif, il y a des choses bien plus graves.

Mais qu’en est il des sorties à raquettes? (une des questions les plus courantes sur la F.A.Q de notre téléphone mobile depuis quelques jours)

  • Les sorties raquettes programmées à la demi journée se feront mais … sans raquettes. Vous avez raison, ce n’est donc plus une « sortie raquettes ». Il n’en reste pas moins que ça reste une belle balade, où le bol d’air montagnard est garanti. Les vues sur la haute chaîne enneigée restent  imprenables (le beau temps est annoncé pour la semaine) et les points d’intérêt par aux rapport aux plantes et aux animaux sauvages et à la nature en général restent d’actualité. Demandez donc aux personnes avec qui nous avons baladé ce matin!
  • Les sorties programmées sur un sortie plus longue nous permettront de rejoindre des terrains enneigés, de chausser ce fabuleux outil de trappeurs pour accéder au Monde Blanc.

Conclusion: Que vous projetiez des petites ou des grandes balades, sans neige ou avec,  les chaussures de randonnée ne doivent surtout pas rester à la maison. Elles  sont prioritaires dans votre valise!

Nouvelles coordonées téléphoniques provisoires: Merci de prêter attention à ce message

La neige était bien belle , bien fraîche ce matin et bien agréable. Mais  il semblerait que le portable de Randocarline y soit resté au cours de la randonnée de la matinée..

Je vous remercie donc de me joindre provisoirement (jusqu’au 27/02 fin de journée ) à ce numéro d’emprunt: 06 85 32 80 72.

Randocarline bat son plein

Les séjours en montagne s’enchaînent et Randocarline oublierait  presque de vous donner quelques nouvelles…

Ce mois de juillet qui déjà se termine  est particulièrement  riche en expériences des plus variées des Alpes aux Pyrénées. En voici un bref aperçu :

Ours : pétition franco-espagnole

Le collectif CAPOURS (29 associations, dont 19 françaises et 10 espagnoles) a lancé la première pétition franco-espagnole pour une politique volontariste et ambitieuse en faveur de l’ours dans les Pyrénées.

La pétition peut se signer sur Internet (en français ou en espagnol) à

http://www.avaaz.org/fr/petition/Petition_Ours_Pyrenees_Peticion_oso_Pirineos/
(pour l’espagnol, remplacer /fr/ par /es/)

Aucun des deux noyaux constituant la population actuelle n’est viable. Celui des Pyrénées Centrales reste insuffisant, malgré les derniers lâchers. Quant à celui des Pyrénées Occidentales, composé  seulement  de deux mâles, il est au bord de l’extinction, alors qu’il couvre la moitié de l’aire de répartition pyrénéenne.La survie de l’ours dans les Pyrénées exige désormais une politique volontariste et ambitieuse.

Les signatures seront remises à Monsieur le Président de la République Française, à Monsieur le Premier Ministre d’Espagne et aux Présidents des gouvernements régionaux de Navarre, Aragon et Catalogne.

Le printemps en scène

Citation

 Youupii-i, le temps des réjouissances est revenu :  les fêtes de ceci par là , festivals de cela par ci, vide-greniers et autres déballages en tous genres, apéros qui se terminent en restez-manger-avec-nous, les levers de bonne heure et de bonne humeur, les pique nique à tout va, le soleil dans toute sa générosité, la quille prochaine pour les écoliers, les projets de vacances qui se précisent (si vous voulez, pour ceux qui n’ont pas encore finalisé leurs projets, on en reparle ), les torrents débordants d’énergie… les refuges qui ré-ouvrent leurs volets et les siestes qui se font sans prévenir après le casse-croûte en montagne…

Oui, l’hiver est déjà loin, les raquettes sont sagement rangées dans la cave, en plein estivation pour plusieurs mois. La disparition de la neige s’accélère de façon exponentielle chaque jour laissant place immédiatement aux gentianes printanières, aux soldanelles, renoncules des Pyrénées, primevères farineuses ou autres divinités , tandis que la pelouse garde encore sa pâleur hivernale . Mais, presqu’ aussi prompte que ces premières fleurs , l’herbe reverdit aussitôt . Car dans les hauteurs , la nature s’empresse. La durée de la bonne saison se réduisant au fur et à mesure de l’altitude, il faut tout mettre en oeuvre sans relâche: Passer de la formation des bourgeons aux fleurs, à leur fécondation, aux fruits, aux graines et à leur dispersion…..

Lire la suite