Un hébergement *****

Quand l’orage nous prend de court, que la pluie dense nous a trempé jusqu’aux os,que la brume prend le relais,etc (ne vous apitoyez cependant pas trop sur notre sort, on se remet vite de ce genre de douche)…  quoi de mieux qu’une sympathique cabane?

Celle que nous visions était occupée par le berger : Heureusement super berger dont

l’accueil chaleureux n’a fait que rajouter au réconfort d’être là. A l’occasion, d’une (brève) éclaircie, nous eûmes même le privilège de l’accompagner jusqu’à son troupeau et d’échanger sur nos « vies » respectives,  bien différentes les unes des autres mais, ma foi,  finalement pleine de points communs. Les chiens du berger laissèrent aussi une place au sec  à Lobo, notre chien (bien) mouillé. Dommage, il n’a avait plus de place pour l’âne (de compagnie – Il suit son maître partout même quand il part au troupeau)  qui ne demandait qu’à rentrer près du poêle. Modeste cabane, moments super chouettes grâce à toi Mickaël, étoile parmi les bergers! On ne trouverait rien de tel,rien de mieux en consultant tripadvisor.

Et près une nuit douillette, le spectacle d’une mer de nuages à nos pieds,c’est le plus beau cadre de petit déjeuner.

 

 

 

De l’Auvergne aux Pyrénées

Les auvergnats n’ont pas peur des pentes,des pierriers, des sommets et de la poutre:  Ce sont de vrais gymnastes entrainés qui ont fait leurs classes sur les volcans.

MENDIZ MENDI

 » MENDIZ MENDI « : Entendez de montagne en montagne. C’est le mot de ralliement,  d’une association de randonneurs de Cambo les Bains. Je suis enchantée d’avoir fait leur connaissance sur les sentiers du Louron,d’Aure et du Luchonnais. Mais pour une fois,  c’est pas moi qui raconte. Voici le journal des randonnées que nous avons partagées la semaine passée, auxquelles s’étaient joints quelques amis  de la région bordelaise.: http://kanboarrak.jimdo.com/

Merci pour vos généreux conseils en matière de bels itinéraires dans votre mendi basque. Ils seront mis en pratique bientôt !

Kanboarrak Mendiz Mendi dans la Réserve du Néouvielle

Météo instable, humeur au beau fixe

Au cours de la deuxième semaine de juin, nous cherchions avidement l’ombre, l’air des sommets ou la fraicheur de l’eau. Nous avons trouvé  tout cela  (et bien d’autres choses encore) en savourant les paysages fabuleux des Pyrénées haut-aragonaises.

Au cours de la  semaine suivante, nous avons cherché le soleil, la chaleur et le sec. Bobs, crème solaire et débardeurs ont fait place aux capes de pluie, gants et vêtements chauds. Haltes fréquentes dans les cabanes à midi, habillage-déshabillage selon les caprices des averses plus ou moins longues et parfois neigeuses, rencontre avec des bergers aspois et pause-fromage, goûters et belles parties de « main verte » ( c’est un jeu marrant, on vous apprendra)  au refuge en fin de journée ont rythmé nos randos.

Si les conditions météo sont passées d’une extrémité  à l’autre en quelques jours en  ce plein mois de juin, il y eut une constante : celle de groupes super sympathiques,  d’une ambiance légère et portée sur l’humour avec des moments formidables. Que ça dure et

Vive la chaleur humaine!

Séjour au Paradis

Nous avons bravé des fleurs menaçantes aux pétales en forme  de faux, nous avons résisté à l’appel  envoutant  de la danse des  ramondes (sirènes des rochers  endémiques des Pyrénées) et du chant de la supposée Rana Pyrenaica (petite grenouille du versant espagnol  pyrénéen),  évité les blessures de chardons aux pointes acérées, nous avons su refusé les mains tendues de ces fleurs suspectes de tant de blancheur. La route des épreuves nous fit   emprunter des ponts suspendus au dessus de l’enfer, gravir les falaises par des passerelles vertigineuses absolument improbables, voguer à la dérive sur un radeau à la surface d’un lac infini, se perdre dans des villages en ruine envahis par une végétation agressive, escalader des murailles à mains nues, traverser des tunnels et  des lieux obscurs à la naissance de la nuit et affronter le célèbre dragon évoqué seulement  dans les récits mythologiques  que jusqu’ici  personne n »avait encore rencontré…

Mais ô bonheur, nous sortîmes indemnes (quelques coups de soleil cependant , il est vrai) et vainqueurs car au  bout de cet itinéraire chaotique et initiatique,  le passage magique s’offrit enfin à nous. Il menait au … PARADIS !

Si nous en sommes revenus de ce paradis, c’est pour une seule raison,  uniquement altruiste vous en conviendrez : Vous informer que le Paradis existe  bien  et vous y emmener une prochaine fois. Il est pyrénéen et il s’appelle Montsec.

Elle n’est pas belle la vie?

A ceux qui penseraient que la randonnée en montagne ne consiste qu’à marcher, détrompez vous! C’est fou ce qu’on  peut pratiquer comme  activités en quatre jours : Des jeux dans la neige, des glissades, des pauses-cafés (ou « ricoré » pour certaines inconditionnelles(oui-oui certaines arrivent avec leurs petits habitudes… et tout lemonde en profite!), de belles séances de contemplations, du ski avec des raquettes, des repas, des observations d’animaux, de bonnes rigolades, des recherches de fragments de squelettes (Et on en trouve, n’est ce pas, mesdames les charentaises?), etc. Entre tout ça, c’est vrai que l’on marche, un peu, beaucoup, des fois à la folie mais toujours passionnément.

Au cours de ces derniers jours à l’occasion du weekend de l’Ascension, nous  avons vu de tout : Des panoramas étendus,des vallées, des sommets, des cerfs, des isards, des marmottes, des rapaces, de la neige, des cailloux, des tapis de fleurs , des pelouses, du ciel bleu, des ruisseaux bavards, des dents de marmottes, des forêts, des sapins en pleine germination, d’immenses galeries creusées par les campagnols et mises à jour avec la fonte des neige, etc. Le meilleur dans tout ça, c’est que l’on ne sait jamais à l’avance exactement ce que l’on va voir quand on part en montagne. Voilà bien tout l’intérêt de la rando, qui ajouté au plaisir de partager ces bons moments avec d’autres personnes (parfois rencontrées par le simple hasard des inscriptions) font de la randonnée en montagne bien plus qu’une activité et de la profession  d’accompagnateur en montagne un des plus beaux métiers du monde.Merci à vous de me le permettre !

Dans les Pyrénées, le printemps, ça a du chien!

P1010503Le printemps s’affirme de toutes ses forces depuis quelques jours. La neige remonte à grandes enjambées, suivie de près par les nombreuses et vigoureuses  érythrones qui peuplent les prairies de montagnes. L ‘érythrone ou dent de chien, surnommée ainsi pour la forme de son   bulbe  est toujours un grand signe prometteur de la belle saison qui s’annonce.

OUAF OUAF YOUPI !!!!

Erythrone

Entre l’homme est le blaireau, qui est donc le vrai « blaireau »?

La pétition relayée quelques articles plus tôt dans cette rubrique et se rapportant à la protection du blaireau  n’a hélas pas abouti.http://www.randocarline.fr/sos-blaireau/ Quelle déception !!! Le massacre du blaireau reste autorisé, même (voire surtout)  en pleine période de reproduction. Le vote du 18 mars dernier  de la loi sur la « biodiversité » semble se résumer à « on continue, on recommence », respect d’électorat chasseur oblige (sans parler de l’autorisation de la chasse à la glu sur les oiseaux). Massacre du Blaireau

MERCI  de lire ce document  :  10 RAISONS QUI DOIVENT CONDUIRE A LA MISE EN PROTECTION DU BLAIREAU D’EUROPE EN FRANCE , en souhaitant que ceux qui ne l’ont pas encore fait prennent  quelques minutes pour signer avec conviction cette pétition.

https://www.change.org/p/royalsegolene-classez-le-blaireau-comme-esp%C3%A8ce-prot%C3%A9g%C3%A9e